Édition Nº39 du 12 février 2013 Retour au sommaire

La G.A.O., une solution à vos problèmes de productivité

L’addiction au travail n’est jamais une bonne chose, et pour être plus productif il faut parfois savoir lâcher prise. C’est pourquoi Laurence Vagner se propose de vous expliquer comment bien glander… dans le but d’être plus efficace.

Conducteur


Laurence Vagner

Arrêts prévus :

Je serais presque prête à parier que là, tout de suite, maintenant, vous êtes au travail et vous vous accordez une petite pause. Une petite pause glande, comme on dit. Oui, OK, je vous ai repéré mais vous allez voir, je suis totalement de votre côté. Détendez-vous cinq minutes. Faites donc une pause en lisant cet article.

On connaît tous des jours où l’on manque totalement de motivation pour répondre à tel ou tel client ou bien pour terminer la dernière tâche un peu pénible d’un projet. Vous savez, ces jours où l’on n’arrive pas à se concentrer et où bizarrement, ranger ses crayons de couleurs par ordre hexadécimal, compter ses trombones, nettoyer son bureau voire même tout son appartement (si on est freelance) devient subitement plus intéressant que de faire son travail.

Repensez votre rythme de travail

Ces jours-là, il faut savoir repenser totalement son rythme de travail et savoir faire des pauses très régulièrement, histoire de se motiver à travailler et de devenir réellement productif, au lieu de procrastiner et de terminer stressé, fatigué et déprimé parce qu’au final votre travail n’avance pas.

Il y a une technique de gestion du temps appelée Pomodoro qui propose de découper ses journées de travail en plusieurs tranches d’une demi-heure : durant vingt-cinq minutes, vous allez bosser à fond puis durant cinq minutes, vous allez pouvoir glander. La surpuissance de cette technique est d’arriver à vous faire accepter de travailler sur un tâche qui ne vous motive pas trop durant vingt-cinq minutes (après tout, ce n’est pas très long) puis de vous récompenser avec cinq minutes de pause, de glande, de détente.

Votre productivité au travail durant ces tranches de vingt-cinq minutes va dépendre directement de la qualité de vos pauses : si pendant ces cinq minutes vous ne prenez pas le temps de réellement vous reposer correctement, vous risquez de retomber dans la spirale infernale de la non-motivation et de vos projets qui n’avancent pas. Vous allez donc devoir profiter au maximum de ces tranches de cinq minutes pour vous déconnecter totalement de votre travail. Et si cette technique est plutôt bien documentée au niveau de la partie active (ne pas se faire interrompre, couper le téléphone, les mails, ne travailler que sur une chose à la fois…) on ne nous dit pas vraiment quoi faire durant les cinq minutes de pause : et pourtant, on peut en faire des trucs en cinq minutes !

Glandez peu mais bien !

L’objectif ici est donc de mettre en place une glande de qualité afin de recharger votre potentiel de productivité. La principale caractéristique de cette glande est qu’elle est très courte mais fréquente : cinq minutes, toutes les demi-heures. La régénération du potentiel de productivité doit donc être efficace. J’appelle cette pratique la microglande.
Si vous n’êtes pas en freelance ou en télétravail mais bien dans une entreprise avec des collègues et patrons à proximité, il vous sera probablement assez difficile de prendre quelques minutes en pleine journée pour pratiquer vos loisirs préférés, comme le nunchaku artistique ou le tricot. Les regards de vos collègues et patrons risquent de vous pousser vers les classiques 3C : café, clope, chocolat. Malheureusement, on sait tous comment ça termine : ulcère, cancer, diabète. Ça serait quand même sacrément dommage d’abréger votre carrière professionnelle si tôt, juste parce que personne ne vous a jamais appris à bien glander, non ?

Je vais en profiter pour remettre les choses à plat et vous proposer une alternative aux 3C : la G.A.O. ou Glande Assistée par Ordinateur. Le principe de la G.A.O. est d’utiliser de manière raisonnable les milliards de ressources divertissantes d’Internet à des fins de regain de productivité tout au long de la journée, sans quitter son poste de travail, en un minimum de temps, pour une efficacité optimale.
Je ne vous propose pas ici de passer votre vie sur Facebook à jouer à Farmville ou à tchatter avec votre belle sœur : le mot clé à retenir ici est l’utilisation raisonnée de tous les sites qui vous entourent : Internet regorge de ressources et leur qualité régénératrice varie énormément. Soit leur intérêt divertissant est trop faible pour vous permettre de récupérer votre productivité (par exemple : visiter son espace client de téléphonie mobile pour découvrir que sa facture mensuelle est la même que celle du mois dernier), soit cette ressource aura un pouvoir bien trop addictif (par exemple : un mini-jeu ou la dernière vidéo virale avec une musique qui reste dans la tête toute la journée) et risque de vous empêcher de vous remettre correctement au travail : tout est question d’équilibre et de bonnes pratiques.

Les bonnes pratiques

Je vais donc vous présenter les principales bonnes pratiques de la GAO permettant l’industrialisation de la microglande. Lors de ma présentation flash-éclair de quatre minutes à Paris Web en 2011, j’avais présenté un wiki qui avait pour but de référencer les pièges et les bonnes pratiques pour glander correctement au travail. Voici les principales bonnes pratiques issues du travail consciencieux de la communauté Glandequast :

1. Timeboxing de cinq minutes

Pour mieux maîtriser votre glande, il faut savoir la limiter : cinq minutes suffisent à vous déconnecter de votre travail sans nuire à ce dernier. Il existe des applications (ordinateur, smartphone) pour mieux pouvoir gérer votre temps avec la technique Pomodoro. Le but est donc de glander au maximum durant ces trois-cents secondes.

2. Pas de sérendipité

La sérendipité se définit comme le “fait de réaliser une découverte inattendue grâce au hasard et à l’intelligence, au cours d’une recherche dirigée initialement vers un objet différent de cette découverte” (Wikipedia). Avec la GAO vous allez probablement toujours naviguer sur internet durant votre pause et si vous suivez la quasi-totalité des liens qui se présentent (sur Twitter par exemple), vous allez certainement dépasser largement ce timing de cinq minutes : au final votre pause ne mènera qu’à de la frustration et un suspens insoutenable. Essayez plutôt de lire des articles qui ne proposent pas trop de liens (comme des actualités ou des regroupements d’images à la 9gag

3. Pas de rapport au travail

Si vous avez un tant soit peu suivi cette histoire de glande au travail depuis le début, ce point-là va vous paraître plus qu’évident. Le but est de se couper totalement du travail durant vos cinq minutes de pause histoire de recharger votre productivité.
Mais tout comme la pause café qui se transforme parfois en réunion improvisée, vous n’êtes pas à l’abri de vous retrouver en train de travailler durant votre pause. Essayez donc d’éviter d’assimiler la veille technologique à de la glande ou de lire vos mails du boulot durant votre pause.

4. Détente

Se détendre régulièrement permet d’évacuer son stress, de relativiser ses problèmes au travail. Pour se détendre, rien de tel qu’une bonne pause glande. Respirez, souriez, rigolez, bref, détendez-vous !

5. Pas besoin de concentration

Si pendant vos sessions de vingt-cinq minutes vous êtes déjà « à fond », vous conviendrez qu’il serait plus agréable de baisser votre charge cognitive pendant votre pause glande. Si votre pause vous demande de la concentration, c’est mauvais signe. Optez plutôt pour une session de lecture ou de visionnage de Lolcats plutôt qu’une partie de Tetris au niveau 9.

6. Discrétion

Ce point-là ne s’applique évidemment pas si vous faites du télétravail dans une maison sans murs mitoyens ou voisins. Assumer votre glande, c’est très très bien. Déconcentrer et déranger vos collègues, c’est vraiment moins sympa. Vous n’aimeriez pas être dérangé par une boucle de Nyan Cat de cinq minutes montre en main pendant une session de travail. Vos collègues non plus. Soyez sympa, utilisez un casque, détendez-vous en toute discrétion.

7. Peu d’utilisation du clavier

Si votre cerveau doit se reposer durant cinq minutes, votre corps aussi réclame de la glande. Profitez de ces cinq minutes pour utiliser le moins possible votre clavier et votre souris (évitez les mini-jeux), essayez de vous tenir droit ou de vous positionner correctement par rapport à votre bureau.

8. Récompense

La microglande que vous effectuez doit être une récompense pour le travail que vous venez d’effectuer et toutes les sessions de travail à venir. Ne commencez pas votre journée par une session de glande, ça serait de la triche, et vous risqueriez de perdre votre motivation à vous mettre au travail si vous n’avez plus de récompense pour avoir travaillé au lieu de procrastiner.

Cette liste non exhaustive de bonnes pratiques vous permettra de réaliser votre GAO dans les meilleures conditions. Elle peut être complétée par ces quelques recommandations pour le bon déroulement de votre microglande.

Recommandations

Ces recommandations n’ont pas été validées par les chercheurs du CNRS, mais sont simplement issues de l’expérience de la communauté Glandequast et se basent sur les bonnes pratiques énoncées ci-dessus. Ces listes ne sont pas du tout exhaustives, mais uniquement données à titre indicatif.
Voici les ennemis principaux de votre microglande en mode GAO :

  • Twitter / Facebook / Google + (trop de sérendipité)
  • Sites de mini jeux / jeux en ligne (trop addictifs, trop de concentration)
  • Les sites avec trop de liens : Wikipedia / Slashdot / etc. (trop de serendipité)
  • Faire de la veille technologique ou Lire ses mails du boulot (rapport direct avec le travail)

Bref, tous les sites qui risquent de vous emmener vers d’autres sites, ou qui risque de demander une grande concentration (comme un mini-jeu) ou de vraiment bloquer votre attention : on a tous déjà vécu cet absorption temporelle sur Wikipedia ou l’on commencer à chercher des infos sur un pont quelconque pour terminer sur la page de définition des concours de t-shirts mouillés.

Les réseaux sociaux sont quand à eux une source de divertissement sans limite, et c’est pourquoi il vaut mieux éviter d’y retourner 5 minutes toutes les demi-heures : les « clashs » arrivent souvent sur Facebook et les suivre en direct ne vous aidera pas à vous détendre. Si vous suivez un minimum de monde sur Twitter, 5 minutes ne suffiront probablement pas à lire tous les twitts et liens de vos contacts. Vous pouvez y passer un peu de temps durant votre journée, mais ne passez pas toutes vos pauses de microglande sur ces sites : vous risqueriez de ne pas vraiment décompresser. Évidemment, je vous déconseille aussi fortement de passer du temps sur les réseaux sociaux pendant vos 25 minutes de travail : le principe même de la GAO, c’est que l’on ne glande pas quand on bosse. ;)

Si j’ai essayé de définir une liste non exhaustive des pièges dans lesquels il ne faut surtout pas tomber, l’idée est aussi de proposer des idées de sites à visiter pour vous détendre efficacement en cinq minutes chrono.

Cette liste est bien évidemment ouverte et globalement il faut garder à l’esprit que pour glander efficacement, il faut reposer son corps et son esprit, sans gêner ses collègues et sans se perdre dans les méandres de l’internet mondial : rapidité et efficacité sont les alliées de la microglande.

Dédramatisez !

Faites le calcul : si on considère que l’attention et la productivité décroissent naturellement tout au long de la journée et qu’en plus, votre travail du moment ne vous motive pas, vous avez tout intérêt à suivre la technique Pomodoro et glander devant votre poste de travail durant les 5 minutes de pause : celles-ci vous permettront de maintenir un niveau suffisant de productivité et même de l’améliorer sur le long terme, mais aussi de prendre un peu de recul, de découvrir de nouvelles idées ou de trouver des solutions originales pour régler des blocages dans votre travail quotidien. Il est donc temps de déculpabiliser la pratique régulière de la glande, si elle est pratiquée dans de bonnes conditions.
Maintenant que vous êtes convaincus des bienfaits de la GAO sur votre organisme et votre productivité, il va falloir l’appliquer et malheureusement la glande au travail est encore taboue chez les professionnels. La GAO n’est pas encore le sujet de discussion de prédilection de votre hiérarchie : la glande est souvent perçue comme l’opposé de la production, mais pourtant, vous ne volez pas votre patron si vous êtes plus productif : alors n’ayez pas peur et tentez le coup !

Les autres solutions

Un an après ma ligthning talk, j’ai eu l’occasion de revenir sur le sujet de la GAO lors d’une discussion informelle avec le public de Paris Web. Quelques échanges ont permis d’établir que la GAO n’était pas le seul moyen de recharger sa concentration et d’augmenter sa productivité, mais elle reste un de moyens les plus efficaces dans les petites entreprises. En effet, les freelances et les employés des grandes entreprises ont plutôt tendance a réellement déconnecter de leur travail durant des courtes pauses en se détachant de leur poste de travail : méditation, lecture et balade pour les uns, visite occasionnelle de la machine à café ou discussions personnelles entre collègues pour les autres. Mais lorsqu’on se retrouve à c personnes dans le même bureau dans une petite entreprise et que votre patron ne sort même pas du bureau cinq minutes par jour tout cumulé, la GAO reste le moyen le plus discret et le plus efficace pour recharger vos batteries.

En résumé

Glander au travail de manière raisonnée et efficace va vous permettre d’améliorer mécaniquement votre productivité et vous motiver à travailler. Utilisez une technique éprouvée de gestion du temps comme Pomodoro et améliorez la qualité de vos pauses sans quitter votre poste de travail.
Faites comme moi et rejoignez des milliers de professionnels : Glandez plus pour gagner plus !

La G.A.O., une solution à vos problèmes de productivité

Note de cet article : 4 / 5

Pour pouvoir noter les articles, vous devez voyager avec un billet (c'est gratuit !).
Toutes les infos sur la page d'abonnement !
Déjà inscrit ? Connectez-vous.

Webdesigner de 29 ans, geek, dinobloggeuse, capillairement instable, allergique à la kryptonite. Elle aime créer et partager des trucs en créative commons et fait partie de Paris Web depuis 2008. Laurence se passionne pour les lolcats, les vélos bizarres et les vieux appareils photos argentiques. Un jour, elle a même écrit un livre de recettes de cuisine à l'arrache. Glandeuse et productive à la fois, elle milite pour la GAO et rêve d'un monde meilleur où les gens glanderont plus pour gagner plus.

Pas (encore) de réactions (RSS)

Réagir à cet article

XHTML : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>